Tags

, , ,

image

 

Guylain Vignolles a toujours traîné derrière lui, et, ce dès son jeune âge, l’anagramme de son nom en Vilain Guignol. Il est employé dans une entreprise chargée de réduire en miettes les livres invendus. Quand il parle de lui il dit : “ma mère me croit cadre dans une société d’édition”… Déjà, cette machine, déchiqueteuse de livres, il ne la supporte pas. Guylain essaye à sa manière de faire diversion à son quotidien… Il sauve quelques pages et les lit lors de son trajet dans le RER de 6h27. Les voyageurs l’écoutent avec intérêt…

Cet univers quotidien voire habituel est formidablement bien transcrit par l’auteur… Il décrit des personnages tragi-comiques, avec un dénominateur commun, la littérature. Le gardien de l’entreprise qui ne parle qu’en alexandrins. Le chef d’atelier qui a perdu ses jambes après être tombé dans cette machine destructrice et qui pense les retrouver. Un duo de sœurs, vivant dans une maison de retraite, qui incitent Guylain à venir faire des lectures aux résidents.

Au fur et à mesure, le train-train quotidien de Guylain prend une autre tournure. Une clé USB trouvée dans le RER va changer le cours de son destin…

Dans ce roman, tendresse, monotonie, vérité du quotidien, passion, hasard et originalité se côtoient avec délicatesse.

L’auteur
Jean-Paul Didierlaurent, 52 ans, est Vosgien. Il étudie la publicité à Nancy, travaille à Paris, quelques années après retourne dans sa région natale. Il est d’abord nouvelliste, remporte de nombreux prix, dont l’Hemingway en 2010 avec “Brume” et en 2012 avec “Mosquito”. Cette année, 2014, voit son premier roman, “Le Liseur du 6h27”, qui connait un grand succès!
Editions:  Au diable Vauvert

 

IMG_7653b